Optimisez ! Optimisez ! Voilà une tâche bien plus facile à dire qu'à faire ! Et pourtant... En environnement de production ou pour des cas d'utilisation réels, l'optimisation de ses scripts WebGL est une étape importante pour apporter fluidité et confort en toute circonstance. Le chemin n'est pas sans difficulté, mais d'autres se sont déjà penchés sur le problème pour faire avancer le schmilblick. Optimisation WebGL : les étapes importantes.

Optimiser ses scripts WebGL : les différentes voies possibles

Nombreuses sont les démos particulièrement alléchantes sur le web. Mais comme l'explique Benjamin Guignabert dans son article dédié aux méthodes d'optimisation WebGL, le chemin de croix avant d'arriver à quelque chose de fluide, propre et attrayant n'est pas sans faire grimacer.

Pour augmenter le nombre de FPS, un des principaux leviers sur lesquels il est possible de jouer est la bonne répartition des tâches à effectuer. En effet, le CPU est souvent trop chargé, alors que le GPU, lui, est en attente de travail.

Fusionner pour mieux régner

Pour réduire la charge du CPU, la technique du batching est remarquable. Le batching, c'est la fusion de deux éléments en un seul. Ainsi, après une fusion de deux modèles, le CPU n'aura plus qu'un seul élément à créer. Cette méthode n'est pas sans contrainte, mais elle demeure une très bonne base d'optimisation.

Afficher le nécessaire

Est-il vraiment utile d'afficher les superbes ombres et reflets d'éléments cachés derrière ce mur ? Non. De surcroît, il est vraiment utile de ne pas l'afficher dans le cadre d'une optimisation. Cette méthode s'applique particulièrement bien pour des scènes d'intérieur.

Plus d'infos sur les sources d'optimisation de scrit WebGL sur l'article déjà cité plus haut : https://www.wanadev.fr/optimisation-webgl-partie-1/